Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’universalisme ? C’est moi ! Et pas ielle et iel ...

par Claire Sibille

publié dans Alterégales , Cette société - c'est la notre ! , Le quotidien c'est pas banal ! , On peut choisir sa famille

L’universalisme ? C’est moi ! Et pas Ielle et iel ...

Billet d’humeur sur «  iel, ielle » et les ministres de l’éducation (hommes et blancs)

 

Depuis un certain temps déjà, quand je me regarde dans la glace, je vois une femme blanche. Avant je voyais une femme, ou une fille. Je peux dater ce changement de quelques mois avant la sortie du film « Alibi » (2017). J’étais alors dans le métro parisien et en voyant les affiches je m’étais dite : ils sont trop blancs, même le chien est blanc, ça ne correspond ni à mon pays, ni à ma vie.

Bien avant d’avoir conscientisé ma race, je l’avais fait pour ma sexualité. Je suis clairement une femme hétérosexuelle monogame (je veux dire monogame quand je suis en couple, ce qui est mon cas depuis 31 ans). Dans toutes les couleurs de l’arc-en-ciel sexuel, plusieurs variantes m’ont attirée mais sans me proposer une alternative satisfaisante. Récemment je me suis bien reconnue dans l’écosexualité, cette expérience de communion intime y compris physique avec la nature. Mais je ne l’aurais jamais identifié comme une sexualité au sens restrictif du terme. Car faire l’amour avec le soleil, le vent, la mer ou l’arbre est une expérience non individualisée alors que la sexualité l’est, me semble-t-il.

L’affiche toute blanche m’avait mise en colère.

Mais c’est le pronom inclusif « iel » et ses déclinaisons, reconnu la semaine dernière par l’incontournable dictionnaire Robert qui a mis en colère, entre autres, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation. Il aurait pourtant bien d’autres chats à fouetter. Les adolescents qui se suicident pour cause de harcèlement scolaire ? Les troubles anxieux qui explosent chez les enfants à cause du masque ? L’écoanxiété des jeunes depuis le désastre de la COP 26 ? Mais non. Il y a des combats bien plus importants à mener. Alors, pourquoi tant de haine ? Le ministre a dit en parlant de « iel » : « c’est contraire à l’universalisme français ». Dans son cas comprenez que l’universalisme est blanc, masculin alpha, et de préférence d’un âge supérieur à 49 ans. Très certainement hétérosexuel, et, vu les scandales actuels on peut espérer hétérosexuel respectant l’âge de la majorité et le consentement.

Bref l’universalisme se réduit à son nombril et à ceux de sa caste.

L’homme m’a profondément agacée.

Dans la formidable vidéo que je vous joins et que j’invite tout le monde à regarder (elle.s, iel.s, il.s, iel.le.s et les autres), le prof, que j’aimerai bien avoir comme ministre de l’éducation, raconte sa propre prise de conscience de genre. Le genre, c’est cette perception bio-psycho-sociale de notre identité sexuelle. C’est-à-dire complexe. Comme d’habitude, les plus fanatiques ne prennent qu’un bout de l’équation, soit bio- soit social-, jamais psycho- sauf les psys qui cherchent à faire des thérapies de conversion. Dommage car un des premiers effets bénéfiques de la complexité c’est qu’elle rend libre.

Je pense que la race est aussi un fait bio-psycho-social. Mais elle est folle celle-là, diront certain.e.s. Et la couleur de la peau alors ? Ben oui. Mais je me sens beaucoup plus proche de bien des « étrangers » que du ministre de l’éducation qui a pourtant la même couleur de peau que moi.

Si j’ai réussi à prendre conscience de ma race sur les plans bio, psycho et social, c’est grâce à la famille multicolore que j’ai co-construite, certes. Mais ce n’est pas le début de l’histoire. Le début de l’histoire date de mes parents, tous les deux fille et fils d’horribles colonialistes. Ils ont été arrachés à leur lointaine terre natale aux alentours de 10 ans, pour des raisons politiques très légitimes mais totalement incompréhensibles à cet âge. Je me suis demandée pourquoi mes parents qui ont passé le reste de leur vie en exil en France tout en rêvant de la quitter, avaient toujours eu des relations familières et égalitaires avec les noirs, arabes et autres asiatiques qu’ils fréquentaient régulièrement ici et à l’étranger et dont certains étaient leurs amis les plus proches. Pourquoi n’avaient-ils pas développé la posture dominante du colonialiste blanc de base que j’observais par ailleurs ? Posture que l’on retrouve d’ailleurs à l’identique chez le noir, l’asiatique ou l’extra-terrestre dominant. La réponse, récente, m’a éblouie. C’est tout simplement parce qu’ils ont partagé leur enfance avec eux et non l’âge adulte ni même l’adolescence. Et cette enfance a été suffisamment ouverte pour qu’ils ne créent pas une hiérarchie intérieure figée. Mes grands-parents, tout en étant imprégnés de la culture coloniale, étaient plutôt ouverts et communicants. Par exemple mon grand-père paternel, médecin, puisait avec respect dans les pratiques médicales qu’il rencontrait en orient ou en Afrique. Et ma grand-mère maternelle institutrice accueillait tout le monde dans ses classes marocaines, y compris ma mère. En fait, quand je les voyais plonger leurs mains dans le plat commun de couscous avec la famille arabe qui nous accueillait, ou discuter en toute familiarité réciproque avec l’ancêtre qui tenait le resto vietnamien où nous allions régulièrement, ils n’avaient pas 40 ans mais 7 ou 8. Et leurs interlocuteurs le sentaient bien. Ce qui m’a le plus marqué, c’est comment mes parents riaient dès qu’ils se retrouvaient avec des « étrangers ». Pas riaient de. Mais riaient avec. Quand ils se sont retrouvés parachutés en France, dans des écoles au fin fond de la campagne de la fin des années 40, ils se faisaient appeler « chinois vert » pour mon père et « petite arabe » ou « sauvageonne » pour ma mère blonde aux yeux bleus. Alors la race : bio-psycho-sociale ? Oui. Je pourrais écrire un livre sur toutes les conséquences de cette complexité.

Pour revenir à mon « iel » de départ, j’aimerai donc non seulement qu’il reste dans le Robert, mais encore qu’il recouvre bien d’autres particularités en dehors du genre. La race en est une. L’espèce aussi peut-être ? Iel et ses déclinaisons désigneraient alors aussi bien l’être humain de toutes les couleurs et genres, mais aussi l’animal, voir les arbres et les plantes qui prennent de plus en plus de place dans notre conscience.

Nous aurions à disposition un vrai pronom inclusif et universel.

 

Je ne fais pas la pub du film, j'espère que c'est clair !

Je ne fais pas la pub du film, j'espère que c'est clair !

L’universalisme ? C’est moi ! Et pas ielle et iel ...

Voir les commentaires

« Encabanée », un livre dont on ne peut pas sortir… Et tant qu’à faire : pourquoi j’ai changé de prénom !

par Claire Sibille

publié dans Cette société - c'est la notre ! , Ecothérapie , Des livres profonds ... comme une psychothérapie !

« Encabanée », un livre dont on ne peut pas sortir…

Et tant qu’à faire : pourquoi j’ai changé de prénom !

 

Du fond de ma cabane, je lis « Encabanée » de Gabrielle Filteau-Chiba. Il y a des livres qui osent sortir des sentiers battus, des livres qui soutiennent des combats essentiels tout en racontant une histoire prenante. « Encabanée » en fait partie. Les combats de Gabrielle sont les miens : féminisme et écologie, autrement dit éco-féminisme, la porte de sortie pour notre monde épuisé par des millénaires de patriarcat prédateur.

Dans ma cabane il fait chaud, l’été indien béarnais est là. Un peu trop chaud peut-être ? 30° à la fin du mois d’octobre en milieu d’après-midi, difficile de considérer cela comme normal. Mais je profite des couleurs, de la chaleur, de la présence des arbres, de l’incroyable chant des oiseaux. Je profite des papillons et des sauterelles. Se croient-ils tous au Printemps ?

La terre est aride, les feuilles se dessèchent aussitôt tombées, pas question de les brûler sous peine de contribuer à l’incendie du monde. Il y a déjà assez de pyromanes sans vouloir en rajouter. La plupart se présentent comme des pompiers mais attisent le feu dès qu’ils sortent des lumières médiatiques. Les maîtres du monde sont des pompiers pyromanes, en France comme au Québec à en croire la lecture d’ « Encabanée ». Ils sont arrivés au stade d’incendier leur propre maison et celles de leurs voisins innocents, aveuglés par l’avidité, rendus fous par la brillance de l’or qui leur cache celle du feu.

Dans ma cabane il fait chaud, dans celle de Gabrielle il fait très froid. -40° à l’extérieur, elle ne dit pas combien à l’intérieur, mais elle apprécie le jour où un chat errant vient lui servir de bouillotte. Et encore plus celui où un homme errant vient lui servir de couette.

Ce livre parle d’une rupture radicale avec une vie d’avant faite de confort et de consommation. Les ruptures radicales je connais bien. Mais pour la confrontation aux forces de la nature, je n’ai jamais été plus bas que les 4° dans ma chambre, la douche et la vaisselle à l’eau froide. Je n’ai jamais fait pire que dormir dans un fossé ou dans un champ de maïs et subir un orage dans la nuit en pleine montagne. Je n’ai jamais affronté de bande de coyotes affamés, juste un taureau en colère, une vache gourmande et un troupeau de cochons semi-sauvages ressemblant à des sangliers préhistoriques ! J’ai de la marge. J’ai un homme qui coupe le bois avec lequel j’allume le feu. Ça aide. Gabrielle coupe son bois toute seule, et il en faut du bois quand il fait -40°.

Personne ne comprend ses choix de vie. Ce sentiment je peux aussi le reconnaître, à chaque rupture le contexte change. Que reste-t-il de nos amours ? De nos ami.e.s ? De notre famille ? Faut-il à chaque fois tout reconstruire ? Est-ce tolérable de vivre plusieurs vies en une seule, des vies radicalement différentes qui transforment l’étape précédente en lointain passé, voire en l’histoire de quelqu’un d’autre ? Un ancêtre oublié ou une amie égarée peut-être ? Mais plus « moi ». Reste-t-il quelque chose d’une identité constante ? Il faut la chercher très loin pour la trouver, aux fins fonds de l’enfance et quelque part ailleurs aussi, par exemple dans le fil conducteur de l’écriture, dans les liens proches qui se réinventent et passent la frontière de mondes différents, dans l’amour qui impose ses priorités. Hors de l’espace et du temps.

Il semble que ce soit également le parcours de Gabrielle : se réinventer en prenant le risque de la solitude, et finir par trouver ce diamant qui ne change pas au fond des mémoires.

J’ai changé de prénom pour nommer la liberté trouvée au bout des chemins de traverse. L’ancien prénom ne me parlait plus. L’ancien prénom parlait des attentes de mes parents, elles-mêmes nourries des attentes d’ancêtres trop bavards de leurs exigences, trop taiseux de leurs blessures. Un nom, une lignée, un pays, une couleur de peau, parfois une religion. Une assignation à résidence. La mienne était riche de nourritures en tous genres, de blessures aussi, dont certaines auraient pu être mortelles avant d’être sources de vie augmentée. D’autres de ces résidences obligées sont comme des cases étroites sans fenêtre à la porte fermée où l’on s’entasse au-delà des limites. Mais l’injonction à ne pas franchir le seuil, que l’on appelle « loyauté familiale », est toujours présente. Alors un jour, ou plutôt jour après jour, défaire le bracelet qui se met à sonner dès que l’on essaie de quitter le champ clos.

Liberté.

Liberté de revenir aussi, parfois, comme dans ces jours de la Toussaint dédiés à ceux qui sont partis. Comprendre à nouveau, autrement. Car ce parcours était déjà celui de mes parents, nés à l’étranger et ramenés en France manu militari à la fin de l’enfance. Ramenés pour des tas de raisons politiques, incompréhensibles pour des enfants de dix ans obligés de quitter leur nounou et leur école pour débarquer dans un pays où le soleil leur a paru si froid. Toute leur vie ils ont cherché des cabanes où trouver la liberté, témoigné et vécu leur œcuménisme et leur universalisme. Mais il reste impossible de savoir s’ils ont pu désactiver leurs bracelets.

« Encabanée » parle de la liberté trouvée dans un lieu clos qui pourrait sembler une prison, impossible à quitter tant la nature sauvage nous y renvoie vite. La nature sauvage ou la violence des hommes. C’est un paradoxe qui n’est pas nouveau : depuis toujours des femmes et des hommes font cette expérience. Les recluses, les ermites, les cloîtré.e.s, les sorcières. Certain.e.s y ont trouvé la liberté, d’autres la folie. Impossible à prévoir. Impossible à juger.

Mais je ne peux que vous recommander si vous le pouvez de vous isoler un soir devant un feu de bois, de tendre l’oreille aux cris des chouettes et aux rayons de lune, et de plonger dans « Encabanée » au risque de ne plus vouloir revenir en arrière.

« Encabanée », un livre dont on ne peut pas sortir… Et tant qu’à faire : pourquoi j’ai changé de prénom !

EXTRAITS :

"Fini, les soupers de famille où l'on évite les sujets chauds, où les tabous brûlent la langue et l'autocensure coince comme une boule au fond de la gorge."

"Les pionnières errent seules dans la foule. Leur regard transcende l'espace. (...). Comment fait-on pour s'éviter l'usure, le cynisme, l'apathie quand le peuple plie et s'agenouille devant l'autorité, consentant comme un cornouiller qui ne capte plus de rêves ?" (Note : le cornouiller est un arbre du Québec que les autochtones peuvent fumer).

"... se taire devant un tel risque environnemental, c'est être complices de notre propre destruction."

" Que la société continue de consommer et de polluer, mais qu'elle reconnaisse au moins les conséquences de ses gestes, toutes les carcasses d'animaux englués de pétrole, victimes de son indifférence, qu'elle soit hantée par l'odeur de la mort don elle est complice."

"Enfin j'avais découvert le sens à ma vie de féministe rurale : me dévouer à la protection de la nature, corps et âme. Le Printemps fertile n'était pas bien loin."

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>