Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec la psychotherapie - de quoi ca parle

L'enfant intérieur, quelle ressource ! Retour du stage d'avril.

par Marie-José Sibille

publié dans La psychothérapie - de quoi ça parle

Ils étaient tous et toutes là les enfants. Les petits garçons et les petites filles avec leurs rires et leurs larmes, leurs jeux et leurs jouets, leurs doudous pour les plus jeunes.

Ce qui est magique dans ce genre de groupe, ce que je trouve toujours impressionnant au bout de tant d’années, c’est la mobilisation de ce que certains appellent l’inconscient, que d’autres appellent fantômes. Ces habitants invisibles au quotidien, tous ces êtres que nous avons été, tous ceux qui nous ont précédé, ne demandent qu'à se faire entendre pour se guérir, se transformer, grandir.

Ou simplement pouvoir enfin s'en aller là où ils sont peut-être attendus : l’année dernière, pendant le stage sur la psychogénéalogie, comme toutes les autres fois où j’ai animé des groupes sur ce thème, les ancêtres étaient ainsi venus en masse.

Là ce sont les enfants qui frappaient à la porte et qui se sont engouffré.es dès que nous l'avons entrouverte. Je les remercie de leur confiance, de leur créativité, de leur enthousiasme. De leur capacité à ne pas avoir peur de leurs émotions difficiles, enfouies depuis si longtemps parfois qu'elles ressurgissent comme un geyser, pour adoucir et féconder. Car s’approcher de l’enfance fait peur : dépendance, régression, innocence, vulnérabilité. IMPUISSANCE. Ce sont des mots qui nous repoussent et nous empêchent d'accéder à toutes les ressources et compétences de l'enfant devenu intérieur.

Je remercie aussi les adultes qui portaient ces enfants dans leur coeur et sur leur dos, de leur bienveillance mutuelle, qui n'a pas exclu une grande capacité à nommer les difficultés, et nous avons tous et toutes grandi ensemble, une fois de plus. Les stagiaires, mais aussi Karine, coanimatrice avec qui j'ai toujours un grand plaisir à travailler, et Sandra, remarquable assistante. Je vous mets ci-dessous leurs sites et coordonnées. Nous étions tous conscients de construire des liens d'humanité rares et indispensables aujourd'hui. J'espère les voir essaimer dans les vies quotidiennes de chacun.

Prendre soin de son enfant intérieur, se traiter avec plus de bienveillance et d'empathie, accueillir plus sereinement les émotions, apprendre à dire sa sensibilité et à accueillir celle de l'autre, ce sont certainement des voies d'accès à un monde plus habitable.

Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.
Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.

Les peintures du premier soir, "le bain émotionnel de l'enfance", je mettrai celle de la fin après la deuxième partie du stage, en juin.

Voir les commentaires

Les émotions n'ont pas la vie facile

par Marie-José Sibille

publié dans Cette société - c'est la notre ! , La psychothérapie - de quoi ça parle

Les émotions n'ont pas la vie facile

 

En 2018, les émotions n'ont toujours pas la vie facile.

Maltraitées, interdites, utilisées par des animateurs médiatiques pervers, ou encore humiliées par de doctes messieurs et trop souvent mesdames qui les opposent à la raison - entendez par là vos émotions et leur raison - manipulées par des vendeurs de paillettes ou des fanatiques politiques ou religieux, rendues malades aussi, de trop de répression, d'enfermement, de contraintes sociétales, professionnelles ou familiales, elles finissent par s’épuiser, et se tarit alors la source vive qu’elles représentent, source vive car nourries du temps de l’Enfance. Mais non réservées à l’Enfance.

Les émotions aujourd'hui ont trop souvent le profil de l'enfant maltraité. La violence éducative commence ainsi par celle que nous avons intériorisée enfant, et que nous reproduisons à l’infini si nous perdons le fil du vivant qui est transformation, évolution et résilience.

L’enfant que nous étions, celui que nous portons en nous, cet enfant a des choses à nous dire.

Le premier et indispensable acte de bientraitance envers un enfant, le nôtre ou un qui nous est confié, est d’apprendre à écouter les émotions de notre petite fille, de notre petit garçon, les vivantes et les souffrantes, les joies et les tristesses, les colères, les rages, les déceptions. Mais aussi les victoires. Les injustices et les rejets. Les abandons. Mais aussi les présences aimantes et soutenantes.

Parfois, quand on les sort du placard où elles ont dormi parmi les araignées pendant si longtemps, quand on les laisse sortir de derrière les barreaux qui les retient à grand peine et n'ont jamais empêché leur cri, les émotions font peur. Elles peuvent être alors comme ces grands animaux, tous menacés aujourd'hui : ils font rêver certains d'entre nous, ils émerveillent les enfants. Mais ils réveillent chez d'autres le besoin de tuer, de mettre en cage ou de dresser.

Les émotions sont aussi comme les jeunes enfants, elles ont besoin d'être accueillies inconditionnellement, avec chaleur et compréhension, sans aucune condescendance ni hauteur, en résonance et humanité partagée avec la personne qui les ressent.

L'accueil empathique de l'enfance et la protection de la vie sauvage sont un des invariants de l’Humanité.

Parlent aujourd’hui d'émotions et d'empathie beaucoup trop d'hommes dont le regard vous met plus bas que terre, beaucoup trop de femmes qui ne supportent pas la contradiction voire même le questionnement.

Pourtant les émotions rendent la vie belle et digne d'être vécue. Et l'intelligence ne peut se concevoir me semble-t-il sans l'intégration de cette palette de couleurs qui donnent sens et corps à nos vies, palette à l'intersection entre l'esprit et le cœur, âme vivante qui nourrit notre créativité et notre capacité d’aimer.

L’émotion ne s’oppose pas à la raison, comme nous l’entendons encore très souvent aujourd’hui, elle en est la compagne. Unies, elles font obstacle à la violence. Empêchées d’être en lien, elles deviennent des maladies de civilisation, rationalité violente, technocratie glaciale et psycho- ou socio- pathie d’un côté, explosion des souffrances affectives de l’autre, mort de l’empathie, destruction du vivant.

Il y a urgence humanitaire à prendre soin de nos émotions.

Les émotions n'ont pas la vie facile

La préparation du stage de Printemps "L'enfant Intérieur, source et ressource" m'amène à regrouper toutes mes multiples notes sur les émotions. Il sera donc peut-être suivi d'autres sur le même thème, inépuisable .

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>