Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec la psychotherapie - de quoi ca parle

Le couple : un lien qui a fait son temps ?

par Marie-José Sibille

publié dans La psychothérapie - de quoi ça parle

Le couple : un lien qui a fait son temps ?

Vivre à deux aujourd’hui, les défis de l’intime

Mise à jour du jeudi 30 août 2018

 

Conférence-débat

Marie-José Sibille, Auteure et Psychothérapeute 

Olivier Trioullier, Thérapeute familial, Systémicien 

 

Vendredi 1er février 2019, 19h

Date unique 

ITS Pierre Bourdieu, 8 cours Léon Bérard à PAU.

Etant donné que l’ITS est vigilant sur la fermeture de sa salle à 21h, nous vous demandons de venir à partir de 18h30 pour que nous puissions commencer à l’heure et bénéficier entièrement des deux heures.

 

 

Des articles, des livres, des films et avant tout des personnes témoignent tous les jours de manières différentes de vivre ce lien d’intimité que nous associons au couple. Ils nous montrent ou voudraient nous laisser croire que pour la sexualité, l’intimité, la parentalité, et même la procréation, on peut se passer du couple ! 

Les fragilités actuelles de cette relation qui n’est plus bétonnée par la religion ni la société la fait reposer sur l’individu, son histoire et ses loyautés familiales, parfois seules garantes d’une continuité possible mais pas toujours souhaitable. 

Et l’amour dans tout cela ? Il fait partie de ces sentiments si vastes et si vagues que chacun peut en avoir une définition, un ressenti et une mise en actes différentes. 

Le couple propose d’abord et avant tout une proximité et une intimité corporelle que nous ne trouvons nulle part ailleurs. Son but initial est la procréation, qui rajoute le corps de l’enfant par le biais de la sexualité. Mais le corps du couple n’est pas que sexuel. Les blessures du couple nous touchent ainsi au plus profond de nous-mêmes, dans le corps du lien, dans le cœur de notre enfance aussi, dans les blessures de nos liens précoces et les fragilités de nos attachements primaires, lorsque le couple devient famille mais pas seulement.

Le couple blessé peut se séparer, se sépare souvent, mais il peut aussi laisser émerger le couple thérapeute, celui qui prend soin, celui qui guérit parfois. D’autres moments de séparation deviennent alors possibles, ou alors le choix libre de continuer ensemble, dans le couple créateur.

    Ces trois dynamiques de couple s’interpénètrent dès le début de l’histoire en plus ou moins grande proportion. Si l’une d’elles prend le dessus, même celle qui paraît la plus positive, celle du couple créateur, mais qui peut aussi masquer des évitements, alors la séparation devient souvent la réponse apportée au problème. C’est donc uniquement dans un but de clarté de l’échange que nous présentons séparément ces dynamiques dans les conférences.

     

    En tant que thérapeutes de couple il est toujours surprenant, sauf à être blasé, de voir arriver un couple amoureux deux semaines après l’avoir accompagné dans une réflexion sur la séparation ou dans un conflit très violent. Ou encore de voir un couple qui semblait bien s’entendre décider de se séparer rapidement voire brutalement. 

    Malgré toutes les connaissances et expériences la surprise reste et elle est nécessaire, elle fait partie des signatures du vivant. 

    Thérapeutes homme et femme ayant l’expérience de travailler ensemble dans l’accompagnement des familles et des couples, nous sommes aussi des personnes vivant en couple, et c’est de ces expériences tant professionnelles que personnelles, et des théories qui parfois les éclairent, que nous nous inspirerons pour animer cette conférence. 

    Quelques thèmes pouvant être abordés dans la conférence :

    - LE COUPLE BLESSÉ, ou les noeuds de l'intime : Besoins, désirs, blessures, violences.

    LE COUPLE THÉRAPEUTE : Empathies, émotions et intelligences à l’œuvre dans couple, réalités partagés.

    LE COUPLE CRÉATEUR : Attachements, sexualités, parentalités, cocréations, résiliences.

     

    Minorque

    Minorque

    Tous les couples ont leur mot à dire

    Tous les couples ont leur mot à dire

    Voir les commentaires

    Pourquoi les oiseaux chantent ?

    par Marie-José Sibille

    publié dans La psychothérapie - de quoi ça parle , Le métier de Psychothérapeute

    Pourquoi les oiseaux chantent ?

    Billet d'humeur (frileuse)

    Ce matin comme chaque matin autour de l'équinoxe de Printemps, les oiseaux chantent à tue-tête autour de chez moi, tous différents, tous harmonisés, les graves et les aigus, les longs et les courts, c'est impressionnant. Pourtant le temps ne s'y prête pas. Même si la météo officielle indique une température de 13°, ressentie à 7, un 3 mai avec de "rares averses" sur ma région, il faut croire que dans l'irréductible village où je vis le message n'est pas passé. Il pleut sans cesse, une pluie glaciale qui me fait me sentir comme une éponge imbibée d'eau fourrée au congélateur. Je n'ai jamais vu autant de limaces de ma vie, peut-être une des raisons du chant des oiseaux, et même les limaces se noient ... Bref, un environnement peu propice à l'explosion de joie vivante à peine contenue par ces petites bêtes.

    Pourtant les oiseaux chantent. Pourquoi ? Peut-être parce que l'alignement de la terre et du soleil que l'on nomme équinoxe de Printemps leur en donne l'ordre. Ils trouvent alors les ressources pour chanter coûte que coûte jusqu'à tomber parfois raides morts sous la griffe d'un chat, le plomb d'un chasseur malveillant, le pare-brise d'une voiture trop rapide, ou les coups de froid imprévus d'un climat d'humeur changeante.

    Pourtant les enfants rient. Pourquoi ? Peut-être parce que l'énergie vitale ayant permis leur arrivée au monde leur en donne l'ordre. Ils trouvent alors les ressources pour rire coûte que coûte en jouant avec un caillou, en dessinant sur les gravas d'un mur en ruine, jusqu'à tomber parfois raides morts sous la griffe d'un prédateur, le plomb d'une bombe ou d'une mine, la carrosserie d'un tank aveugle, ou les coups de froid imprévus de parents à l'humeur changeante.

    Comprendre pourquoi les oiseaux continuent à chanter ou pourquoi les enfants continuent à rire est une chose. Le comment s'appelle la résilience et m'intéresse particulièrement en tant que thérapeute. Car certains enfants arrêtent de rire, se figent et deviennent tristes, pas de ces larmes vivantes qui alternent avec les rires suite à un caillou dans le genou ou la bousculade d'un ami, suite à une couche mouillée ou un ventre qui réclame un biberon ou un câlin. Non. Des larmes glacées qui coulent peu et finissent comme des stalactites au fond du regard de l'enfant. Un bébé, un enfant, un adolescent figé dans cette tristesse froide jusqu'à parfois en mourir est une hérésie que l'humanité produit par cycles depuis bien longtemps. Chez l'adulte le dégel de ces larmes anciennes par le contact avec l'enfant intérieur peut provoquer des transformations de vie radicales, aussi radicales que le passage de l'hiver au printemps. C'est le rôle essentiel du métier de thérapeute de permettre ce dégel. Les neurosciences nous disent beaucoup de choses sur ce dégel post-traumatique. De même que les savoirs autour de l'attachement et des dynamiques familiales. De même que la compréhension des émotions et de l'empathie, berceau du lien thérapeutique efficient.

    Mais les savoirs ne s'excluent pas l'un l'autre. La poésie, l'introspection, l'observation de la nature et l'éthologie sont tout aussi pertinentes.

    Alors regardons de près comment font ces oiseaux pour continuer à chanter, comment font les enfants qui continuent à rire. 

     

    Faire de son lieu de vie un refuge pour la biodiversité, possible même sur un balcon !

    Faire de son lieu de vie un refuge pour la biodiversité, possible même sur un balcon !

    Voir les commentaires

    << < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>