Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec ecotherapie

IL EST TEMPS DE JEÛNER !

par Marie-José Sibille

publié dans Ecothérapie , Le quotidien c'est pas banal , Jeûne et Detox , Je suis psy mais je me soigne ! , Cette société - c'est la notre !

IL EST TEMPS DE JEÛNER !

 

 

J’ai la carotte ! Ou la pêche, bien que pas de saison ...

Mais surtout pas la frite !

C’est le genre d’humour subtil qui animait notre groupe de jeûne lors de la reprise alimentaire.

Comme souvent au moment du Carême, j’ai ressenti à nouveau le besoin non seulement de jeûner, mais comme parfois de jeûner en groupe pour me remotiver, partager de nouvelles expériences et acquérir de nouvelles compétences, même si c’est pour l’instant toujours au même endroit.

J’en ai profité pour terminer mon livre :

LE JEÛNE, UNE THERAPIE DES EMOTIONS

Fruit de 4 ans de travail, d’étude et de réflexion, j’y ai surtout développé les aspects en lien avec ma profession de psychothérapeute, ainsi que mon expérience personnelle.

La sortie officielle est prévue le 21 mars, le jour du Printemps, normal pour ce grand nettoyage physique, émotionnel et mental qu’est le jeûne.

Je vous en informerai ici même avec tous les liens nécessaires.

 

En attendant, je vous livre quelques réflexions en avant-première.

 

Vous râlez, reprochez, ronchonnez, vous vous auto-apitoyez ... 

Vous vous sentez fatiguée en permanence - le poids de la fatigue est bien réel - ou triste, angoissé.e ? 

Il est temps de jeûner. 

Le cloaque de notre colon non purgé – des déchets de plus de vingt ans s’agrippent à ses parois - se transforme naturellement en cloaque émotionnel et mental, c’est ce que nous découvrons de plus en plus en étudiant le microbiote intestinal et ses liens avec les émotions. 

Il est temps de jeûner.

Vous verrez ce qui reste après, ce qui ressort grâce au vide du ventre et qui nécessitera d’être résolu autrement.

En attendant ...

Il est temps de jeûner.

Évidemment nous connaissons tous de ces vieillards vivant jusqu’à plus d’âge, confits dans la graisse et le sucre, goudronnés dans le tabac, conservés dans l'alcool. 

Mais peut-être ne faites-vous pas partie de ces – heureux ? – élus ? Alors ...

Il est temps de jeûner.

 

Si vous décidez de jeûner et que vous partagez cette décision avec votre entourage, vous aurez peut-être droit à tous les lieux communs que vous avez peut-être vous-mêmes véhiculé un jour, car garder sa liberté de penser et de vivre est souvent un marathon quotidien. 

Vous entendrez parler des risques physiques et psychologiques, et, si vous jeûnez en groupe au moins pour vous lancer dans l’aventure, vous entendrez les mots d’emprise, de manipulation, de sectarisme ... Vous aurez aussi des citations d’experts et de grands docteurs, qui la plupart du temps n’ont pas jeûné et à qui on ne le demande pas ! 

Un peu comme pour la loi 2009 sur la psychothérapie (je ne peux pas m’en empêcher) où on ne demande pas aux praticiens d’avoir expérimenté sur eux-mêmes les pratiques relationnelles, mentales et émotionnelles étudiées dans des livres et des cours magistraux.

Vous pouvez toujours répondre que vos experts à vous s’appellent Moïse, Jésus et Gandhi qui ont jeûné 40 jours, alors le docteur ou l’expert en nutrition ...

Vous pouvez aussi rappeler que les risques de la médecine moderne quand elle devient consumériste, aveugle et dogmatique envahissent les hôpitaux et les cimetières, bien malheureusement.

 

Le parcours émotionnel du jeûne est tout à fait représentatif de tous les processus de transformation dont le premier a été étudié avec les étapes du deuil par Elisabeth Kubler Ross. Il y a des variantes selon l’objectif. 

Dans le jeûne, surtout les premières fois, j’ai pu identifier chez moi et chez beaucoup d’autres :

  • La peur, l’angoisse ou l’anxiété. La peur du manque.
  • La frustration qui entraîne de la colère ou de l’irritabilité.
  • Le remords, le sentiment de se faire du mal, d’avoir fait le mauvais choix, le désir de tout arrêter, surtout si l’on souffre pas mal ce qui a été mon cas la première fois. 
  • La solitude et l’ennui. Le sentiment du vide. Cela je ne l’ai pas vécu personnellement, ou de manière tellement courte que j’ai juste eu le temps de l’identifier pour le reconnaître autour de moi dans les groupes. 
  • La tristesse et l’abattement, souvent associés à la fatigue.

C’est pour cela que la ou les premières fois, il peut être bien d’être soutenu dans un groupe.

Puis viendront, au bout de cinq jours de jeûne complet au minimum :

  • L’acceptation, le calme, la paix intérieure, l’état méditatif continu.
  • La cascade de joie, l’énergie vitale renouvelée, la créativité. Le sentiment d’être en lien qui est l’objectif premier de la joie.
  • La gratitude pour ce corps qui nous a si bien servi jusqu’ici, gratitude pour les liens intimes et les cadeaux de la vie, gratitude envers la nature d’être aussi généreuse et tolérante. Mais gratitude aussi pour les traumatismes, les violences, les deuils, toutes ces épreuves qui nous ont fait grandir. Sans ombre pas de lumière.
  • La conscience du prix de chaque seconde de vie. No past, No future. 

 

Ici et Maintenant, c’est le lieu du vivant.

La table de la sublime reprise alimentaire ! Préparée par Mylène Julienne, naturopathe et coach compétente et sympathique, 0624401775.

La table de la sublime reprise alimentaire ! Préparée par Mylène Julienne, naturopathe et coach compétente et sympathique, 0624401775.

Voir les commentaires

Avez-vous du sang de navet dans les veines ? Moi oui ...

par Marie-José Sibille

publié dans Je suis psy mais je me soigne ! , Ecothérapie , Le quotidien c'est pas banal , Jeûne et Detox

Avez-vous du sang de navet dans les veines ? Moi oui ...

 

L'expression "avoir du sang de navet" veut dire que vous êtes lâche et peureux.se. 

La force est toujours associée :

- à l'homme : force virile, être fort comme un turc

- à la viande rouge : être fort comme un bœuf (le modèle castré a été choisi car il est sous la domination de l'homme), comme un ours (en Russie où ils aiment bien les ours enchaînés) ... 

Ce sont les femmelettes qui ont du sang de navet dans les veines et qui s'effondrent au moindre problème.

Sauf que !

En plus du jeûne dont j'ai déjà pas mal parlé, mon livre sur le sujet va sortir prochainement, cela fait plusieurs semaines que je carbure au jus vert ou au jus de légumes variés impliquant le navet, et que j'ai une pêche d'enfer !

Bien plus que quand, étudiante, j'avais besoin de mon steak tartare hebdomadaire pour avoir l'impression de revivre et que j'attrapais tous les virus qui passaient à des kilomètres à la ronde.

La force vitale, je l'associe de plus en plus au végétal. 

Et la force émotionnelle aussi d'ailleurs, comme je l'ai développé avec Liane Langenbach dans l'article sur l'Écothérapie.

Connaissez-vous par ailleurs le Blob?

Trop mignon le Blob. Ni animal, ni végétal, ni champignon, mais quand même plus proche du végétal ou du champignon que du turc ou du boeuf, il détiendrait le secret de la vie éternelle. 

Et le lien que je vous partage vient de France Culture et pas de la Secte des Illuminé.es de l'Incroyable Blob  !

C'est réjouissant de découvrir le Blob, car beaucoup de ses caractéristiques s'apparentent à ce que nous découvrons dans le jeûne au sujet des cellules-souches et du pouvoir de régénération des organismes.
Et c'est une pensée joyeuse en ces temps où la destructivité fait rage trop souvent par le biais de cette "force virile" qui devient violence incontrôlable pour cause de déficit d'empathie. 

N'hésitez donc pas à avoir du sang de navet dans les veines !

Mon jus vert classique, fait à l'extracteur que je me suis autorisée à acquérir au bout de trois ans de réflexion, comporte à parts égales et surtout au pif :

- concombre ou courgette pour le côté aqueux

- épinards pour la force de Popeye (sans les muscles)

- chou vert ou frisé ultra tonique 

- gingembre, fenouil et menthe pour le peps 

- une pomme/kiwi/orange selon ce que j'ai sous la main pour adoucir un peu. 

Et voilà. 

Comme pour le jeûne j'ai convaincu mon entourage. Mon compagnon est un cobaye habitué et habituel, mais même mes filles grippées acceptent de tremper leurs lèvres dans le brouet de sorcière que je leur propose !

J'espère que cela vous inspirera aussi, car la consommation de viande bovine est une grande source de pollution planétaire.  

Alors n'oubliez pas, surtout si vous avez un peu de mal à vous faire au goût ou à l'aspect : c'est bon pour notre mère la Terre !

Moi j'adore, on dirait la boisson des Ents dans Le Seigneur des Anneaux, rien que de regarder mon vert verre je sens mes cheveux se dresser sur la tête  ...

 

 

 

 

Avez-vous du sang de navet dans les veines ? Moi oui ...
Vive le Blob !

Vive le Blob !

PRECISION :

Sur un groupe, un utilisateur a pensé que mon article était une "Fake News", peut-être à cause de mon humour ? Aussi j'ajoute cette précision issue de ma réponse : "Ce n'est pas une FN. Je vous invite à rechercher par vous-mêmes : « Le blob » est un surnom donné à des protistes myxomycètes comme "Physarum polycephalum" (celui de ma photo), ils sont même utilisés dans des cours de Sciences Naturelles au lycée. Sur Wikipedia qui ne développe pas (ce n'est pas le but) vous verrez à la rubrique "BLOB" pourquoi vous avez confondu avec une Fake News, à cause des films à sensation dont est issu le surnom "blob". Ce surnom "blob" est utilisé pour de multiples autres organismes (algues) qui donnent cette impression de développement invasif et infini. Cherchez "https://fr.wikipedia.org/wiki/Physarum_polycephalum" pour plus de précision, parmi les nombreux et passionnants articles sur cette amibe."

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>