Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec cette societe - c'est la notre !

Fagot de bois vs iPhone 11 pro … Billet de réflexion sur la valeur et le prix, en période de haute consommation !

par Marie-José Sibille

publié dans Cette société - c'est la notre ! , Le quotidien c'est pas banal

Fagot de bois vs iPhone 11 pro …

Billet de réflexion sur la valeur et le prix, en période de haute consommation !

 

Ce matin, je remplis avec jouissance mon panier d’osier avec les branches de bois sec ramassées dans la forêt dont la charge m’a été confiée. 

Elle m’appartient paraît-il, quelle drôle d’idée. 

Je me sens plutôt l’esprit d’une indienne d’Amazonie chargée de chasser les chasseurs, nourrir les oiseaux, accueillir la famille blaireau ou écureuil, hululer en réponse de bienvenue aux chouettes et guetter la phase de la lune à travers les arbres pour sentir quelle énergie animera mes rêves de la nuit et mes émotions le jour venu. 

Mais bon, en France, être en charge des arbres, cela passe par le fait d’être propriétaire ou garde-forestier. 

Cette qualité de propriétaire me permet au moins d’en interdire - difficilement et avec de nombreuses démarches - l’accès aux chasseurs. Nous vivons sous la menace permanente d’amendes délirantes - j’ai entendu 400 000 euros par quelqu’un de très sérieux - si jamais un sanglier ayant trouvé refuge chez moi fonce en sortant dans une voiture qui passe par là. Heureusement le trafic n’est pas vraiment dense … Mais la menace répétée et la confusion assumée entre tuerie et bien public, ce qu’elle était d’ailleurs il y a quelques milliers d’années, ce qu’elle est encore à quelques milliers de kilomètres, semble bien dans l’esprit de la chasse …

Je ramasse donc du petit bois, le temps est sec et beau, l’air frais, le bois blanc glané au sol casse facilement, il va nourrir de belles flambées à commencer par celle de ce soir, où tout le monde sera là, autour du feu à sentir ce qu’est la chaleur.

Peu avant j’ai été contrainte – plein d’âmes bonnes conseillères et mauvaises payeuses dit le proverbe vont me reprocher un péché d’écologie quotidienne, et je ne doute pas de ma culpabilité – alors j’assume, j’ai choisi la facilité de foncer au supermarché du coin – il y a toujours un supermarché du coin dans notre société, c’est incroyable – pour faire les dernières courses que je n’ai pas su caser avant, et certes ce mot  de « courses » n’est pas anodin. 

Comme chaque année, même si j’ai l’impression que c’est de pire en pire - comment peut-il exister autant de sortes de médaillons de foie gras et de bouchées de saumon toutes prêtes et de terrines et de feuilletés - la surabondance alimentaire fait douloureusement écho au flash de France Inter qui me parle sur la route des 9 millions de pauvres dont 170000 sans abri en France, et de celles et ceux qui ne feront pas de réveillon « gras » pris qu’ils sont dans la lutte pour  revendiquer un minimum de justice sociale dans cette guerre des indigents contre les nantis totalement perdue par les premiers pour l’instant. 

Je dois changer de téléphone et bien que sachant que j’en achèterai un d’occasion, mes yeux sont attirés par les pubs des derniers smartphones, ceux qu’il faut à tout prix avoir pour se sentir être un peu.

Est-ce de la même façon que je me suis sentie être non pas un peu mais pleinement, en fagotant dans la forêt, de la même manière que mon arrière10 grand-mère sorcière devait le faire au Moyen-âge et déjà devant sa grotte ? 

Je ne sais. Je prendrai le temps de réfléchir aux objets qui peuvent nourrir mon être ou m’aider à me définir dans une phase de ma vie où je cherche à m’alléger d’eux justement.

En attendant je dois vivre avec le compromis permanent que réclame notre époque et notre lieu de vie occidental aussi longtemps que l’on conjugue vie professionnelle, sociale, et famille nombreuse pas encore autonome avec engagement écologique et social. 

Les questions se posent sans arrêt. Cet achat-là, oui :  je n’ai pas pu ou su anticiper suffisamment la commande de la volaille de Noël, je la prends dans les rayons « locaux » du supermarché en pensant à noter sur mon agenda 2020 que Noël en famille ça s’anticipe encore plus … Cet achat-là non : les brosses à dents en plastique et les dentifrices toxiques ne passeront plus par mon corps et mon porte-monnaie.

Ici j’ai le temps de passer trois heures à faire les courses dans une épicerie bio en vrac, là je dois faire face en urgence à une bande d’ados affamée à coups de pizzas (bios et locales !) surgelées …

Dix fois par jour en tant que mère, professionnelle, femme, je suis confrontée à ces choix.

Dix fois par jour j’y réponds au mieux de ce que je peux. 

Mais je suis sûre que si on me donne à choisir, là, entre l’IPhone 11 pro et la possibilité tant que je le peux de cueillir un fagot de bois dans « ma » forêt, je n’hésite pas une seconde.

C’est une question d’espérance de vie, au double sens de cette expression, qu’elle nous parle d’années en plus ou de sentiment intérieur, d’avoir ou d’être. 

L’espérance de vie de la forêt où j’habite est nettement plus longue que celle du smartphone le plus onéreux à l’obsolescence programmée malgré son prix indécent. 

La forêt quant à elle n’a aucune fin programmée. Je pense même qu’elle va survivre à la version la plus agressive, cruelle, avide de l’homme, celle que nous voyons s’épanouir partout aujourd’hui. Elle résistera à la forme prédatrice de l’humanité. J’ai du mal à appliquer ce terme de prédateur à l’homme par respect pour les prédateurs naturels, les tigres et les alligators, les lions et les aigles, auxquels nos prédateurs humains sont loin de ressembler. Ils n’en ont ni la beauté, ni l’utilité. Ils n’en ont gardé que la violence et la cruauté. 

Je fais donc le pari qu’ils auront disparu avant certains des arbres de la forêt qui nourrissent mon fagot. 

Contrairement aux dinosaures, je crois qu’ils n’auront pas besoin d’un météorite pour arriver à se détruire, ils y arriveront bien tous seuls, avec un certain nombre de dommages collatéraux. 

Pourtant aujourd’hui en voyant l’humanité ravager la biodiversité, on pourrait croire que Dieu a décidé de lâcher un troupeau de 100 lions mâles dans un parc de 10 gazelles. 

Mais ce n’est qu’une apparence me dit le fagot de bois, tranquille, utile, renouvelable à l’infini sans aucun dommage collatéral, en craquant gentiment sous mes doigts.

Fagot de bois vs iPhone 11 pro … Billet de réflexion sur la valeur et le prix, en période de haute consommation !

N'ayant pas écrit de nouvel article sur Noël cette année, voici le lien vers l'un d'eux pour les nouveaux adhérents à mon blog, celles et ceux de 2019, que j'en profite pour remercier ainsi que tou.te.s les autres de leur fidélité !

 

Voir les commentaires

F.E.M.M.E.S. - Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

par Marie-José Sibille

publié dans Alterégales , Cette société - c'est la notre !

F.E.M.M.E.S.

Journée internationale pour l'élimination de la violence
à l'égard des femmes, 25 novembre

Billet d’humeur

 

J’ai beaucoup de chance.

Je n’ai pas été avortée,

Je n’ai pas été noyée ou étouffée à la naissance,

Je n’ai pas été abandonnée,

Sous prétexte que je suis une femme.

 

J’ai subi petite fille l’agression d’un pédophile et les moqueries des policiers censés me protéger.

Mais je n’ai pas subi de mutilation sexuelle, ces mutilations dont l’évocation me donnent envie de me rouler par terre en hurlant.

Mais je n’ai pas été vendue comme esclave sexuelle et domestique.

J’ai pu aller à l’école.

Je n’y ai rien appris sur l’histoire des femmes, le corps des femmes, la littérature des femmes, les découvertes scientifiques des femmes.

Mais j’y ai appris à lire et à réfléchir.

Et tout ce que j’y ai appris sur l’histoire des hommes, le corps des hommes, la littérature des hommes et les découvertes scientifiques des hommes m’a permis au moins de me poser la question : mais où étaient les femmes pendant tout ce temps ?

Et j’ai fini par les trouver, cachées sous des siècles de silence, d’exclusion, de soumission, de services rendus aux hommes.

 

Adolescente j’ai subi un viol, puis un autre, directe conséquence du premier, le viol du non accompagnement et du silence. C’est le pire, le silence. 

J’ai payé le prix pour ces agressions, jusqu’à 30 ans environ. Mais je m’en suis remise. J’y ai même trouvé un métier, psychothérapeute, alors que petite fille je voulais être écrivain-biologiste et aller vivre avec les orang-outangs, comme Jane Goodall avec les chimpanzés.

J’ai encore une petite marge sur le côté écrivain. Et j’ai accepté que les traumatismes nous structurent et structurent notre vie, même dans la guérison et la résilience.

Et pourtant j’étais dans une famille très évoluée. L’intelligence des femmes était soutenue au même titre que celle des hommes. 

Mais les agressions sexuelles étaient taboues. 

Comme à peu près partout à ce moment-là et très longtemps après chez nous, et comme encore à peu près partout dans le reste du monde.

J’ai pu penser ce qui m’était arrivé, et surtout le métaboliser, le transformer émotionnellement et, un jour, bien plus tard, chercher des solutions.

Pourquoi ?
Parce que je n’ai pas été mariée de force au même âge, ou morte suite à un viol de guerre ou un crime d’honneur.

J’ai beaucoup de chance.

 

Jeune adulte, j’ai rencontré des professeurs qui m’ont soutenue en tant que femme, à condition quand même que je sois leur brillante porte-parole. Il était impossible de remettre en question leur pensée, même si de plus en plus souvent elle me semblait cloisonnée ou aberrante. Mais ils enseignaient, ils avaient le pouvoir universitaire, ils avaient la raison et la science pour eux, ils possédaient la parole. 

Alors pour parler je me suis mise à écrire, et ça m’a fait du bien.

 

J’ai subi au moins trois fois des violences gynécologiques avérées en tant qu’adolescente et jeune femme.

Et aussi les attouchements d’un kiné sans pouvoir bouger paralysée sur sa table de massage.

Tout cela n’existait pas dans mon univers mental, n’avait jamais été envisagé, parlé, donc c’était incompréhensible. 

Un peu comme une petite fille qui subit un inceste. A part que je n’ai pas subi l’inceste, mon papa à moi était super.

J’ai beaucoup de chance.

 

Pour trouver une place où je me sentais bien je l’ai créée moi-même. Ainsi je n’ai pas eu à subir ces systèmes hiérarchiques privés ou publics où 90% des chef.fes sont des hommes et 90% des employé.es des femmes. 

Ces systèmes où les femmes sont sur le terrain, agissent et accumulent de l’expérience pendant que là-haut les hommes décident en croyant savoir.

Et encore pire, je n’ai pas eu à vivre sous l’autorité de ces femmes qui défendent le système patriarcal comme si leur vie en dépendait, un peu comme ces chefs de gangs qui régulent les conflits dans les prisons à la place des gardiens. Gardiens qui, contents comme cochons, en profitent pour aller s’en griller une.

Cela me fait mal, comme ces femmes qui perpétuent les mutilations sexuelles ou celles qui servent leur garçon et demandent à leur fille de l’aider à faire le ménage. Ou encore ces jeunes filles, femmes, parfois très instruites, qui pensent que le féminisme c’est dépassé. Dans leur bulle privilégiée peut-être, en tout cas le croient-elles. Mais non. Plus subtil, moins physique, aussi dominateur.

J’ai réussi à me libérer de la plupart de ces systèmes.

J’ai beaucoup de chance. 

 

Beaucoup trop de femmes ont encore du mal à assumer leurs émotions, surtout que celles-ci sont très malvenues dans le monde professionnel. Ou plutôt les pleurs des femmes sont malvenus, la colère des hommes est bien mieux tolérée. Elles passent pour hystériques ou dépressives quand les pleurs sortent, on ne sait pas les consoler, et puis c’est peut-être contagieux. Un coup de gueule masculin – et parfois féminin s’il s’agit d’une de ces femmes citées plus haut – est supporté épaules rentrées et yeux baissés. Une crise de larmes féminine, et on appelle les urgences psychiatriques. 

Beaucoup trop de femmes ont encore du mal à assumer leur parole, et quand elles osent enfin parler, ce qui peut prendre des années et des années, elles ont souvent la parole coupée par des hommes qui savent mieux qu’elles ce qu’elles veulent dire. Regardez comment ça se passe dans votre prochaine réunion de direction, ou dans le prochain groupe auquel vous participez, sauf peut-être dans certains groupes nouveaux qui cherchent des solutions pour demain. Trop de femmes sont inaudibles, même quand elles parlent trop. Dans le cas des violences conjugales cela commence par le fait que leur plainte peut ne pas être entendue par la police. 

Beaucoup trop de femmes ont encore du mal à assumer leur corps. Leur corps de jeune fille mis en scène en permanence sur les réseaux, le visage déjà recouvert de crème anti-rides à 15 ou 16 ans, « pour ne pas en avoir plus tard » disent les vautours qui visent leur porte-monnaie, leur corps de femme encore trop souvent objet du désir de l’homme, et objet de régimes et de stratégies alimentaires désespérées pour garder leur poids de forme, ce poids qu’elles n’ont peut-être jamais eu, leur corps de femme vieillissante qu’il faut masquer à tout prix par des stratégies qui les transforment en « monstres », c’est-à-dire qui rend plus visible ce qu’elles veulent cacher, comme le botox qui met en évidence ces rides qu’elles ne supportent pas car les hommes leur renvoient qu’elles sont insupportables.

 

Mais à la marche de samedi dernier, il y avait pas mal d’hommes aussi, souvent les mêmes qui viennent aux marches pour le climat. Les femmes et la Nature, même combat. Cela s’appelle l’Écoféminisme et c’est une voie de pensée fertile pour notre présent, et aussi notre avenir.

Écocides et féminicides, deux plaies béantes et simultanées de notre humanité. Humanité ? Oui. Car les hommes souffrent aussi de cette violence faite au féminin. 

Pouvez-vous imaginer l’intériorité, l’intimité, l’état d’esprit quotidien d’un homme élevé depuis tout petit dans la haine et la peur des femmes ? Dans leur humiliation ? Dans la certitude de sa supériorité ?

Cela fait chaud au cœur ces hommes qui marchent à côté des femmes, ni devant, ni derrière, ni au-dessus, ni en-dessous. 

Mon compagnon en fait partie.

J’ai beaucoup de chance.

 

Et d’ailleurs au sujet des compagnes et compagnons, on parle d’âme sœur, et pas d’âme frère. Ce serait joli aussi, comme on dit « bro » (pour brother) aux gens qu’on aime bien, surtout si on a des ados dans la famille. 

Mais non, pas d’âme bro, mais une âme soeur. 

Ça doit vouloir dire quelque chose, non ?

Nous toutes 64. Merci pour la super organisation ! Marche du samedi 23/11/19 à Pau.

Nous toutes 64. Merci pour la super organisation ! Marche du samedi 23/11/19 à Pau.

Marche du samedi 23/11/19 à Pau.

Marche du samedi 23/11/19 à Pau.

Marche du samedi 23/11/19 à Pau. La pluie comme des larmes.

Marche du samedi 23/11/19 à Pau. La pluie comme des larmes.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>