Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec alteregales

Maigrir a tout prix ! Le poids des émotions.

par Claire Sibille

publié dans Alterégales , Je suis psy mais je me soigne ! , Jeûne et Detox , Le quotidien c'est pas banal !

Maigrir à tout prix ! 

Le poids des émotions.

 

Malgré la crise sanitaire dont nous sortons peut-être à peine et avec peine, malgré le réchauffement climatique dont nous ne sortons pas, la pression du poids continue comme si de rien n’était en particulier sur les femmes mais de plus en plus sur les hommes.  Régime et sport de salle à outrance avant « l’épreuve bikini » ou souffrance au quotidien, y compris dans notre vie professionnelle. Savez-vous que si vous êtes une femme obèse ou même en « surpoids », ce mot se référant explicitement à une norme, vous serez huit fois plus discriminée ? Un homme obèse ? Trois fois plus discriminé. Les recruteurs disent que la décision est prise dans les trente premières secondes de l'entretien, lorsqu'ils voient la personne.

En dehors de la pression normative du « 36 sinon rien » qui tourne à l’obsession chez trop d’adolescentes, il faut dire que c’est un vrai problème de santé publique aussi. En France, plus de 15% de la population adulte, soit 8 millions de personnes, est obèse, 30% de la population adulte est en surpoids et 5 % des enfants sont en situation d'obésité. Et le confinement n’a pas arrangé les choses !

Le jeûne peut vraiment aider à réguler ces problèmes.

 

Extrait adapté du livre « Le Jeûne : une thérapie des émotions ? », paru fin juin 2020 aux éditions Exuvie :

Ma chère grand-mère, déjà citée sur plusieurs sujets, me lègue quelques fiches de cuisine de régime témoignant que la pression du poids sur le corps de la femme ne date pas d’hier. Regardez-les !
 


En dehors de la viande midi et soir, et des tartines beurrées pour tenir le coup entre les repas, le plus drôle reste le dimanche et son injonction paradoxale de prudente liberté. Ces menus, élaborés par un médecin nutritionniste des années 50/60 sont la preuve, s’il la fallait encore, de la toute relativité́ des vérités scientifiques que l’on nous impose religieusement dans le domaine de la nourriture comme de la santé. 

Maigrir, pourquoi pas ? C’est une motivation essentielle et légitime pour nombre de jeûneuses et quelques jeûneurs moins soumis à la pression sociétale mais soucieux des risques accrus sur le plan de la santé.

Et puis maigrir c’est aussi souvent se libérer des kilos émotionnels superflus, accumulés dans le stress, les humeurs voire les états dépressifs, les états de dépendance affective aussi. 

Ce n’est pas pour rien que l’on parle du poids d’un deuil, d’une séparation, de la charge mentale ou émotionnelle en particulier des femmes. On peut imaginer cette charge comme un poids pesant sur les épaules ou sur la tête, comme les porteuses d’eau en Afrique, et finissant dans le ventre. 

Écoutons deux personnes que j’accompagne en psychothérapie sur ce thème : page109image58195328

Roger, un homme obèse d’une quarantaine d’années, ayant un travail à mi-temps pour raisons thérapeutiques : Je travaille à mi-temps mais je stresse à plein temps. La vie me pèse. Dans ma maison il y a une pièce où je mets tout mon bazar, mon bricolage, mes outils, je peux à peine y rentrer tellement elle est encombrée. J’ai l’impression que cette pièce c’est moi. 

Patricia, une jeune femme de 35 ans n’osant pas parler à son compagnon, dans son travail, à ses enfants, à ses parents de ce qui lui fait du mal : Plutôt que de dire les choses je les mange, j’ai trop peur. Après elles me restent sur le ventre, je n’arrive pas à les digérer, je remâche toute la journée ce que j’aurais dû dire, pu dire. Et la nuit je fais des cauchemars mais c’est comme des vieux bouts de rêve un peu avariés, comme des bouts d’os ou de chair. 

Un des nombreux discours négatifs contre le jeûne, surtout tenus par des personnes n’ayant jamais pratiqué, vous menace, côté́ poids, d’un retour en arrière pire qu’avant. Je peux témoigner qu’il ne tient pas la route, sous réserve d’un peu de persévérance, d’expérience, de maturité́ psychique aussi, il faut le dire, et d’adaptations de style de vie. 

Le jeûne peut devenir alors un des piliers de la mort des régimes « yo-yo », qui eux, oui, vous font régresser rapidement et prendre encore plus de poids. 

Je me rappelle du dégoût que j’avais ressenti en entendant parler une star d’un des pires régimes qui soit sur le plan de la nature, spécialiste du son d’avoine. Il parlait avec un mépris non dissimulé, aggravé par son air pincé, des personnes qui suivaient son régime en disant : Le gros, il pense comme si, il vit comme ça, il ne sera pas capable de ...

Je m’étais demandé comment on pouvait aduler une personne qui disait des choses aussi répugnantes sur soi, j’en avais la nausée. 

Et, pourtant, « le gros » et surtout « la grosse » s’amassaient en grand nombre autour de lui, avides du vide qu’il leur promettait. Et les journalistes souriaient et questionnaient sans jamais réagir à ce discours humiliant. Et son compte en banque devenu obèse me paraissait autrement plus obscène que « les gros » dont il parlait. 

C’est ainsi.

La nourriture est la plus grande dépendance qui soit ! Une motivation essentielle de mon premier jeûne était de sentir la possibilité́ de vivre sans. J’imaginais cela comme un envol. 

Cela fut le cas. 

Et la perte de kilos aide beaucoup à s’envoler. 

 

 

 

Maigrir a tout prix ! Le poids des émotions.

Voir les commentaires

Et bien OUI, je dis NON ! Réflexions sur le Consentement.  8 mars, journée dite « de la femme »

par Marie-José Sibille

publié dans Cette société - c'est la notre ! , Alterégales

Et bien OUI, je dis NON !

Réflexions sur le Consentement 

 8 mars, journée dite « de la femme »

 

 

Consentement, mot de l’année 2020 ?

Pour mémoire les deux dernières années ont vu les mots toxique, féminicide et urgence climatique arriver au Panthéon des mots envahissant l’espace public. 

Le seul mot à connotation positive a été bienveillance. La bienveillance n’envahit pas vraiment les réseaux sociaux, ni les relations professionnelles ou familiales hors quelques niches ou réserves écologiques privilégiées. 

Pas très encourageant pour le consentement.

Le mot consentement, nous dit Alain Rey dans le dictionnaire historique de la langue française, signifie que l’on donne son accord parce que l’on est dans « le même sentiment » que la personne qui nous fait une demande.  C’est précis, et beaucoup plus profond et intime qu’un simple accord commercial par exemple.

Le consentement est un mot-clé pour les femmes depuis longtemps. 

Il est rare par exemple que l’on parle du mariage forcé d’un homme, le oui de l’homme à un mariage est un oui de plus faible contrainte que celui de la femme. 

Trop souvent encore elle est obligée de le prononcer à son corps et son cœur défendant, jusqu’à devoir épouser son violeur ou un vieillard à 12 ou 13 ans si ce n’est moins dans trop de pays. Amnesty International rapporte le témoignage d’une jeune mineure au Soudan du Sud, mariée de force après avoir été vendue aux enchères sur Facebook.

Par ailleurs, même dans les pays de démocratie relative, la pression socio-culturelle au sujet du mariage est encore beaucoup plus forte pour la femme que pour l’homme. La femme « sans », sans mari, sans enfants, sans homme dans sa vie doit en répondre régulièrement, et l’image de la vieille fille est encore prégnante et beaucoup plus invalidante que l’équivalent masculin. 

Si des hommes se sentent parfois contraints de dire oui au mariage pour des raisons familiales ou sociétales leur infidélité à ce oui est toujours mieux admise dans une grande partie de la population. Cette liberté plus grande à l’intérieur même des liens du mariage fait que c’est souvent la femme qui demande le divorce. Car ce genre d’homme ne voit pas trop l’intérêt de renoncer au confort d’une épouse femme de ménage, cuisinière et éleveuse d’enfants alors qu’elle est tout à fait conciliable avec leur liberté professionnelle et sexuelle. Dans les pays non démocratiques le divorce est réservé aux hommes, ou leur est facilité.  Dans beaucoup d’endroits ils ont une option encore plus simple : la répudiation.  Il leur suffit de ne plus vouloir de leur femme parfois pour des raisons objectives même si tout à fait critiquables comme la stérilité, parfois parce qu’ils n’en veulent plus tout simplement ou qui veulent l’échanger contre une plus jeune comme pour une voiture en leasing. 

Savez-vous d’ailleurs que le mot répudier signifie « repousser du pied quelque chose dont on a honte » ! Et que dans les relations humaines ce mot est exclusivement réservé aux hommes qui rejettent leur femme ! Inventons un mot mesdames qui marquerait l’inverse. Ou plutôt essayons de changer les choses pour que ce genre de mot disparaisse du dictionnaire.

 

La notion de consentement sous-entend la réponse à une question qui a été posée, de manière explicite ou implicite. Dans le cadre précis qui nous occupe ici, celui des relations homme-femme, il est souvent considéré comme évident que l’homme pose la question et que la femme y répond. Il y a peu de films romantiques où l’on voit la femme se précipiter avec une bague aux genoux de l’homme de sa vie pour le demander en mariage, mais là au moins la question est explicite. Dans les relations sexuelles elle est très souvent implicite. La femme concernée n’a pas toujours la possibilité  de prendre le recul nécessaire pour formuler le non, voire même pour se poser la question. 

Et ce pour au moins quatre raisons : 

  • Parce qu'elles sont dans une relation d’emprise avec un homme plus âgé, hiérarchiquement supérieur ou encore dont elles dépendent financièrement pour survivre. L’emprise première étant l’impact du corps physique de l’homme et de sa force.
  • Parce qu'elles sont en état de sidération et de mutisme, conséquences de traumatismes précédents. Qui ne dit mot consent, un des pires proverbes qui soit. La sidération, dont l’origine signifie que l’on est victime de l’action funeste des astres, est très difficile à expliquer aux personnes qui ne l’ont pas vécue, et leurs réactions entraînent des traumatisations secondaires, de la culpabilité et de la honte : mais pourquoi n’as-tu pas dit non, pourquoi ne t’es-tu pas débattue, pourquoi ne l’as-tu pas quitté plus tôt, pourquoi n’as-tu pas réclamé une augmentation, démissionné …  La réponse est simple mais difficile à entendre : parce qu’il m’était physiquement, émotionnellement, mentalement impossible de le faire. J’étais comme une proie paralysée sous la griffe de son prédateur, comme un enfant rendu muet par un parent violent, la force du traumatisme précédent revenant comme une massue pour m’assommer et me rendre incapable de réagir.
  • L’habitude de dire oui : les filles sont encore trop souvent éduquées à être gentilles, à réfréner leur colère, à aider maman dans les corvées ménagères pendant que le fils met les pieds sous la table, à ne pas demander, à être autonomes … 
  • Elles sont aussi culturellement soumises dans l’éducation nationale, encore aujourd’hui, à une absence d’exemples féminins dans l’histoire, les sciences, les arts … Savez-vous que dans les sujets du bac français de cette année 2020, nous avons juste deux auteures féminines sur douze écrivains proposés ! Et en plus, quel que soit l’immense talent des deux écrivaines, ces livres parlent tous les deux de femmes entièrement soumises au désir et au pouvoir de l’homme ! Il faut le faire quand même. Marguerite Yourcenar et son amant pédophile décrit l’initiation sexuelle d’une gamine de 15 ans par un homme de 40 ans, sujet très tendance. Quant à la Princesse de Clèves, il faut d'abord remarquer que Madame de La Fayette l’a publié anonymement pour qu’il ne soit pas rejeté, même si l’auteure a inspiré Balzac et fait naître le roman psy. L’histoire ? Mademoiselle de Chartres est une jeune fille de 15 ans, il faut croire que les jeunes filles de 15 ans ont la côte auprès des programmateurs du BAC français. Elle arrive à la cour du roi Henri II où le prince de Clèves tombe amoureux d'elle, mais ce sentiment n'est pas partagé. Rappelez-vous ici l’origine du mot consentement. Ils se marient quand même. Elle tombe amoureuse du duc de Nemours, mais leur amour serait illégitime, puisqu'elle est mariée. Afin d'éviter de le revoir elle se retire de la cour, et avoue sa passion à son mari. Celui-ci meurt de chagrin. Elle décide alors de se retirer dans un couvent. Génial non en ce qui concerne le consentement ?

Si la femme n’est concernée par aucune de ces quatre situations et arrive à dire non sans problème, encore faut-il que ce non soit respecté, mais là nous rentrons clairement dans le cadre du crime.

 

Il n’y a pas que dans le domaine sexuel que le oui et le non sont des problèmes. Combien de femmes acceptent la double journée sans rien exiger de leur compagnon.

La notion de « travail non rémunéré » est très intéressante à étudier à cause de ses innombrables conséquences sur la vie des femmes, que cette situation soit voulue ou juste subie. Le travail non rémunéré nous dit Wikigender, constitue la part de travail domestique qui augmente indirectement les revenus du foyer, sans que les personnes qui l’effectuent ne bénéficient de rémunération. La différence entre travail domestique non rémunéré et loisir est définie en fonction du critère du « tiers ». Si un tiers peut être rémunéré pour réaliser l’activité concernée, on considère alors qu’il s’agit d’un travail. La cuisine, le ménage, la garde des enfants, la lessive et le jardinage sont des exemples de travail non-rémunéré. 

S’y rajoute la prise en charge des personnes handicapées, malades ou très âgées dans les familles, pas toujours compensée, ou très mal, par le statut d’aidant familial et ceci juste dans les pays démocratiques européens.

Quel que soit le pays, continue l’incontournable plateforme Wikigender, les femmes consacrent davantage de temps que les hommes au travail non rémunéré avec un écart de 2.5 heures en moyenne par jour. En 2015, en Norvège, les hommes consacrent 180 minutes par jour au travail domestique et les femmes 210 minutes, tandis qu’en Corée la part de travail domestique des hommes est estimée à 45 minutes par jour, alors que les femmes y consacrent 227 minutes. L’écart est encore plus significatif en Inde où les femmes passent 352 minutes à effectuer des travaux non rémunérés tandis que les hommes 52 minutes.

En ne pouvant pas dire non à ce travail non rémunéré pour de multiples raisons, les femmes se fragilisent et sont fragilisées, sont plus susceptibles de devenir pauvres surtout si elles sont répudiées, et sont maintenues dans une situation de dépendance envers l’homme et/ou la famille. Elles sont aussi souvent dans l’impossibilité de s’épanouir d’une manière ou d’une autre le temps de loisir étant pris par les corvées ménagères, regardez par exemple l’usage que font la plupart des femmes mères de famille de leurs RTT. Là encore le consentement est essentiel, car il est tout à fait acceptable que certaines femmes s’épanouissent dans ce style de vie. Encore faut-il qu’elles aient la possibilité de se poser la question et d’y répondre par la négative.

Sur le plan professionnel nous retrouvons trop souvent le même phénomène : combien de femmes cumulent les heures sups non rémunérées dans l’éducation, la santé, tous les métiers du soin et de l’accompagnement psychosocial ? Ou dans les entreprises ? 

Par exemple une femme travaillant dans une entreprise de formation me racontait récemment comment elle travaillait dix heures par jour en faisant les programmes, trouvant les clients pendant que son chef se contentait de signer les contrats et d’empocher les bénéfices, qui plus est en s’étant approprié son travail comme étant le sien. Les exemples sont légion.

Combien de ces femmes attendent que leur corps dise non à leur place en tombant malades ? Souvent gravement, car elles ne sont pas du genre à prendre un congé pour un rhume.

 

Toutes les femmes doivent pouvoir faire entendre et respecter leur non, toutes les personnes opprimées aussi, ainsi que les personnes fragiles comme les enfants ou les personnes âgées.

 

Alors OUI, le consentement doit être le premier mot de l’année 2020.

 

Marche contre les violences faites aux femmes novembre 2019, c'était chouette !

Marche contre les violences faites aux femmes novembre 2019, c'était chouette !

Cher.e.s abonné.e.s, un problème technique vous a peut-être empêché de recevoir mes derniers articles, désolée. Je vous fais confiance pour les trouver. Pour d'autres articles du même genre dans mon blog, cliquez en haut de l'article en particulier sur les #catégories : Alteregales, Cette société c'est la notre et Malheureusement tout est vrai. S'ils vous plaisent, n'hésitez pas à vous abonner aux nouveaux articles, à commenter, à partager, tout est gratuit ! Pour mes livres : En attendant une page dédiée, vous trouverez les trois actuels sur la colonne de droite.

A bientôt !

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>